Résultats d'études GCPN

Rapport préliminaire sur l’étude du GCP.Network sur les troubles des conduites alimentaires

Participants

Au total, 2288 membres du GCPN ont répondu à cette étude dans une des cinq langues suivantes : Anglais ( n=1061; 46,4%), Espagnol ( n=315; 13,8%), Japonais ( n=340; 14,9%), Français ( n=219; 9,6%), et Chinois ( n=353; 15,4%). 

CARACTERISTIQUES DES PARTICIPANTS

Moyenne d’âge: 44,5 ans (SD~10,8 ans)
Moyenne d’expérience professionnelle: 13,8 ans (SD~9,9 ans)
Ratio homme/femme: 65.3%: 34.7%

PRINCIPAUX RÉSULTATS ET IMPLICATIONS CLINIQUES

1.

Les nouvelles directives de la CIM-11 ont permis une amélioration de la précision des diagnostics des Troubles du Comportement Alimentaire.

Pour tous les diagnostics, la concordance diagnostique a été meilleure en utilisant la CIM-11 plutôt que la CIM-10. Ces résultats indiquent que les changements proposés pour la structure et les directives des différents troubles de la CIM-11 Troubles du Comportement Alimentaire permettent une meilleure homogénéité et clarté des diagnostics que les directives diagnostiques de la CIM-10.

2.

L’ajout du Trouble de l'Alimentation Sélective et Evitante (Avoidant-Restrictive Food Intake Disorder : ARFID) et du Trouble d'Hyperphagie Boulimique dans la CIM-11 est confirmé par les résultats des études cliniques.

Trouble de l'Alimentation Sélective et Evitante:

L’ajout du Trouble de l'Alimentation Sélective et Evitante dans la CIM-11 étend et renomme une catégorie de la CIM-10 (Trouble de l’alimentation de la première et de la deuxième enfance) afin de mieux décrire un état caractérisé par le fait de manger une quantité ou variété insuffisante de nourriture. Les données de l’essai clinique cas-témoins ont mis en évidence que le Trouble de l'Alimentation Sélective et Evitante permettait une clarification significative des choix diagnostics comparé aux options présentées par la CIM-10. De plus, les craintes qu’il serait difficile pour les cliniciens de différencier le Trouble de l'Alimentation Sélective et Evitante de l’Anorexie Mentale, n’ont pas été confirmées avec les directives de la CIM-11. Les membres du GCPN ont également clairement différencié les cas de Trouble de l'Alimentation Sélective et Evitante et les difficultés alimentaires non pathologiques.

TROUBLE D'HYPERPHAGIE BOULIMIQUE:

Une proposition de changement majeure à la section des Troubles du Comportement Alimentaire de la CIM-11 est l’ajout du Trouble d'Hyperphagie Boulimique en tant que nouvelle catégorie diagnostique. Un niveau de distinction approprié a été retrouvé chez les participants utilisant la CIM-11 entre la Boulimie (Bulimia Nervosa) et le Trouble d'Hyperphagie Boulimique, y compris un cas décrit comme en surpoids. De plus, les cliniciens ont pu différencier efficacement des cas de suralimentation non pathologique (pas de perte de contrôle de l’alimentation et faible culpabilité/détresse d’avoir consommé la nourriture) et le Trouble d'Hyperphagie Boulimique.

3.

Le diagnostic durant le rétablissement de l’Anorexie Mentale et l’importance diagnostique du Trouble d'Hyperphagie Boulimique "subjectif" nécessite plus de clarifications.

Les directives évaluées dans l’étude clinique indiquent que les personnes souffrant d’Anorexie Mentale doivent présenter un gain ou une stabilisation du poids pendant un minimum d’1 an en l’absence de traitement avant que le diagnostic ne puisse être retiré. Cette directive a pour but de clarifier que les patients qui, suite au traitement, ne présentent plus un sous-poids requis pour l’Anorexie Mentale ne doivent pas faire l’objet d’un autre diagnostic (ex : Boulimie (Bulimia Nervosa)) pour ce qui est en réalité un état symptomatique transitoire du même trouble. Cependant, les cliniciens participant à l’étude clinique ont montré une confusion sur cet aspect des directives et par conséquence ceci a été clarifié dans la version actuelle des directives de la CIM-11. current version of the ICD-11 guidelines.

La définition propose pour l’hyperphagie dans les diagnostics de Boulimie (Bulimia Nervosa) et du Trouble d'Hyperphagie Boulimique dans la CIM-11 correspond à un épisode pendant lequel la personne présente une perte de contrôle de sa suralimentation, mange plus de manière significative ou différente de l’habitude, et se sent incapable d’arrêter de s’alimenter ou de limiter le type ou la quantité de nourriture ingérée. De fait, il n’est pas nécessaire de consommer objectivement une grande quantité de nourriture pendant un épisode d’hyperphagie ; une quantité subjective importante ou un type de nourriture inhabituel dans un contexte de perte de contrôle suffit. Les résultats de l’étude suggèrent une confusion à propos de ce Trouble d'Hyperphagie Boulimique "subjectif" ; les cliniciens ont appliqué cette directive de manière plus adéquate chez les personnes présentant un surpoids que celles sans surpoids. Cet aspect des directives a également été clarifié dans la version actuelle des directives de la CIM-11. current version of the proposed guidelines

EN LIRE PLUS

Al-Adawi, S., Bax, B., Bryant-Waugh, R., Claudino, A. M., Hay, P., Monteleone, P., Norring, C., Pike, K. M., Pilon, D. J., Herscovici, C. R., Reed, G. M., Rydelius, P.-A., Sharan, P., Thiels, C., Treasure, J., & Uher, R. (2013). Revision of ICD: Status update on feeding and eating disorders. Advances in Eating Disorders, 1, 10-20. doi: 10.1080/21662630.2013.742971